Eau Potable et Assainissement

Contexte

HELVETAS s’est engagé dans le secteur Eau Potable et Assainissement (EPA) au niveau des communautés rurales depuis son implantation en Haïti en 1983. L’organisme travaille en partenariat avec les autorités locales, les unités décentralisées des institutions étatiques du secteur EPA et du secteur privé afin de renforcer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement de base. Les interventions visent un développement durable du secteur EPA par la construction des infrastructures pour la population en milieu rural et les petites villes ainsi que dans les écoles, par le renforcement des capacités techniques, organisationnelles et financières des acteurs et par le partage des expériences/propositions des approches prometteuses auprès de la DINEPA, l’institution régulatrice du secteur au niveau national depuis 2009.

Le secteur Eau Potable et Assainissement (EPA) est très peu développé en Haïti. Le pays fait face à une croissance démographique non maitrisée (taux de croissance intercensitaire : 2.5% (1982-2003) et un niveau élevé de pauvreté. La situation est très préoccupante en milieu rural où vivent plus de ¾ des personnes extrêmement pauvres c’est-à-dire des gens vivant avec moins d’un dollar américain par jour (P. Sletten; W. Egset, 2005). Les Organisations Non Gouvernementales (ONG) et les institutions internationales jouent un important rôle dans le secteur EPA, surtout dans ces zones rurales et dans les quartiers défavorisés des grandes villes. En 2010, le taux d’accès à l’eau potable dans les zones urbaines était de 71% tandis qu’il était de 55% dans les zones rurales. Une situation encore plus grave était notée au niveau de l’assainissement où le taux d’accès était de 24% dans les zones urbaines et de 10% dans les zones rurales (OMS/UNICEF, 2010). En fait, avant 2009, aucune institution publique n’était en charge du volet assainissement, car les deux institutions publiques qui existaient dans le secteur, à savoir la Centrale Autonome Métropolitaine d’eau potable (CAMEP) et le Service National d’Eau Potable (SNEP) étaient responsables seulement du volet Eau potable respectivement pour la zone métropolitaine de Port-au-Prince et les communes des provinces du pays.

Depuis 2009, un processus de réforme est lancé dans le secteur EPA avec la promulgation d’une loi cadre d’organisation du secteur EPA dans la perspective de son développement et pour améliorer l’efficience, l’efficacité et l’équité dans la prestation des services fournis. La DINEPA (Direction Nationale d’Eau Potable et d’Assainissement) a été donc créée à partir de cette loi comme institution régulatrice du secteur avec pour mission de conduire la réforme de ce secteur.

Finalité des projets EPA de HELVETAS Swiss Intercooperation

Améliorer les conditions de vie des communautés rurales et périurbaines en Haïti en facilitant l’accès à l’eau potable et à de meilleures conditions sanitaires.

Objectifs

  • Les acteurs du secteur EPA dans les zones d’intervention fournissent des services durables d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement.
     
  • Les habitants des zones dépourvues de sources utilisent et entretiennent des systèmes de récolte d’eau de pluie et d’assainissement autonome;

Afin d’atteindre ces objectifs, la durabilité est renforcée dans les trois domaines suivants :

Infrastructure:
L’accès aux services EPA par la population rurale et périurbaine des zones d’intervention est amélioré

Renforcement des Capacités:
Les acteurs locaux (communautés, CAEPA, Comité Point d’Eau(CPE), autorités locales, secteur privé, services déconcentrés de l’Etat) sont en mesure d’assumer leurs responsabilités de planification, réalisation, gestion, suivi/entretien et protection de systèmes durables d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement.

Dialogue Politique:
HELVETAS Swiss Intercooperation alimente activement le développement de la politique sectorielle EPA.

Approches

  • Partenariat avec les Autorités Locales(AL) pour la priorisation, mobilisation;
     
  • Participation des usagers dans la réalisation, gestion et le contrôle des infrastructures (contributions initiales, cotisation, CAEPA, CPE, etc.);
     
  • Renforcement du secteur privé pour la réalisation des infrastructures (boss, entreprises) et dans leur gestion (CAEPA, RAFASAP);
     
  • Recours à des technologies simples et adaptées au contexte : système de chloration, latrines VIP, TED (SODIS, Wata), citernes en plaque de béton;
     
  • Conscientisation et changement de comportement au niveau ménage : mise en œuvre divers moyens de communication, notamment un système d’accompagnement régulier (visites des familles, campagnes de sensibilisation anti-cholera, promotion de construction et d’utilisation de latrines, traitement de l’eau à domicile), l’organisation d’évènements au niveau des écoles et des lieux publics ou encore la diffusion de message sur divers support (T-shirt, banderoles, etc.)

Résultats attendus

Amélioration des infrastructures EPA (au niveau des ménages, des écoles et des communautés) dans les différentes zones d’intervention;

Renforcement des capacités des comités de gestion EPA, des AL et des unités décentralisées de la DINEPA afin de gérer durablement le développement du secteur EPA (formation des artisans locaux, suivi/entretien, coopération, institutionnalisation).

Appui actif à la réforme du secteur EPA en Haïti par le partage des expériences (standards de construction, modèles de la formation et du suivi, approche prometteuse de gestion des systèmes EPA/protection des sources/promotion d’hygiène/TED, plaidoyer droit humain à l’eau et assainissement de base).

Des acquis importants en matière de mobilité, d'accès à l'eau et surtout de gestion locale ont pu être obtenus après 3 ans d'intervention dans les hauteurs de Petit Goâve dans le cadre d'un projet post-séisme cofinancé par la chaîne du Bonheur.