Gestions des ressources naturelles

Contexte physique, social et économique

Haiti, «terre de hautes montagnes», est constitué de montagnes abruptes sur près de 75% de l’espace. Le substrat géologique est principalement calcaires, basaltiques et sédimentaires (GEO 2010). La pluviométrie moyenne annuelle est de 1200 mm avec des pointes extrêmes de 4000mm et 400mm ; précipitations souvent violentes se concentrant sur 6 mois. La couverture forestière est entre 1 et 5% selon les sources. Le bois de chauffe et le charbon de bois demeurent toujours les principales sources d’énergie d’une grande partie de la population haïtienne. Les pertes en terre dues à l’érosion sont estimées à environ 12 000 hectares par an sur 20 cm d’épaisseur. Les exploitations agricoles d’environ 1 million, type familiale, sont de petite taille (près de 75% sont moins d’un carreau) et le manque d’opportunités économiques en milieu rural fait que l’agriculture reste la principale source d’emploi. Il faut noter que les patrimoines culturels, naturels et historiques sont nombreux et disséminés dans les BV (plages, grottes, saut d’eau, lacs et étangs, monuments historiques, paysages naturels et espèces endémiques etc). La succession des catastrophes naturelles depuis 2004 a provoqué une prise de conscience des différentes couches de la population et un regain d’intérêt pour la gestion des ressources naturelles (sols, eau, foret, biodiversité).

Objectif

Promouvoir de manière concertée la mise en place de modèle fonctionnel de gestion et cohabitation harmonieuse entre les populations et les ressources naturelles de l’environnement au sein d’un territoire donné (Aire protégée). Il s’agit de répondre à la question «Comment préserver les ressources naturelles en Haïti tout en préservant les besoins des populations qui vivent à ses dépens ?».

Axes d’intervention

  • La gestion des ressources naturelles (Aire protégée-AP) s’articule autour des trois lignes d’actions:
  • La formalisation de mécanismes et d'outils de gestion participative (surveillance, conservation et protection de la forêt) et la gestion institutionnelle des Aires protégées;
     
  • Le renforcement de compétences et de capacités locales dans le développement de filières économiques de produits respectueux de l’environnement et de la gouvernance locale
     
  • L'approfondissement, la systématisation et l'échange de connaissances et d'expériences dans une perspective d'alimentation de la concertation interinstitutionnelle et du dialogue politique sectoriel.

Stratégie générale

La stratégie générale repose sur la responsabilisation des acteurs locaux et l’accompagnement des autorités légalement compétentes, pour qu’elles développent des mécanismes nécessaires à la construction d’une forme de gestion durable et efficace des ressources naturelles:

Recherche de cohérence population-Aire protégée
Helvetas cherche à renforcer la cohérence entre le développement socio-économique des communautés locales et la conservation des ressources naturelles. De ce fait, les populations, principales parties prenantes, sont incitées et amenées à percevoir leurs avantages dans toutes les étapes du processus et, du même coup, renforcer leur appartenance au territoire. Cette stratégie est matérialisée par l’implication des acteurs dans les prises de décision, à travers le Conseil de gestion, comité de bassin versants et autres comités engagés dans la mise en œuvre d’actions de protection de l’environnement.

Institutionnalisation de la collaboration avec les différentes instances étatiques
Helvetas institutionnalise sa collaboration avec les acteurs étatiques suivant les rôles définis dans les cadres légaux. Au niveau local, il développe des actions concrètes en partenariat avec les Collectivités territoriales et les bureaux déconcentrés de l’Etat. Au niveau National, il intervient à travers les Ministères et les organismes autonomes (Agence National des Aires Protégées) qu’il appui dans le développement d’outils techniques et de référentiels méthodologiques qui pourraient être valorisés ailleurs sur le territoire du pays. La présence de l’État central sur le terrain est fortement appuyée pour assurer la pérennité du processus, en particulier dans les actions de surveillance, de contrôle, de gestion, de protection et de réglementation.

Promotion de l’équité sociale et genre
Les actions de Helvetas dans la gestion des ressources naturelles, s’orienteront vers la promotion d’un développement local qui prendra en compte les différents groupes sociaux, au sens que les hommes, femmes, personnes vulnérables et les jeunes doivent être des protagonistes de leur développement. Particulièrement, des mesures seront prises pour que les femmes participent aux différentes activités soutenues, non pas en tant que sujet mais en tant qu’objet (voir section thèmes transversaux).

Intégration de la réduction des risques et des désastres dans les démarches locales
En tenant compte de la forte dépendance des populations locales aux activités agro-forestières, de type subsistance, Helvetas appuie le renforcement du système de prévention et mitigation de risques et désastres afin de mieux préserver les moyens de production (eaux, sols, végétation) et d’assurer la base de la sécurité alimentaire des producteurs à long terme (cf. voir section GRD).

Production de connaissances, en vue de la capitalisation et la diffusion
Cette logique de recherche-action est principalement orientée vers 1) la recherche d’informations sur le développement d’activités génératrices de revenus, compatibles avec l’objectif de la conservation des ressources naturelles et 2) l’approfondissement des connaissances sur la forêt et le renforcement des relations entre les gestionnaires et les populations locales. Au-delà de la "production d'informations et de connaissances", une telle approche est de nature à alimenter la nécessaire construction d’un réseautage fort avec d’autres intervenants régionaux et nationaux.

Projets GRN de Helvetas dans les zones d’intervention


Préservation et Valorisation de la Biodiversité (PVB)

Résultats attendus.

  • La pérennité des ressources naturelles locales, notamment des Aires protégées, est assurée, grâce à la mise en œuvre d’une gestion participative, effective et décentralisée.
  • Les acteurs locaux (CASECs, ASECs, OCB, groupes d’intérêts et communautés) assument leurs responsabilités dans la gestion locale des ressources naturelles et la promotion d’activités économiques respectueuses de l’environnement.
  • Le niveau de sécurité alimentaire des familles paysannes est amélioré, grâce à la génération de revenus liés à des activités agro-économiques et de valorisation des services écosystémiques.
  • Le partage des expériences liées à la gestion participative des APs, pour alimenter les politiques publiques et faciliter une prise en charge effective du sous secteur par l’Agence nationale des Aires protégées.